entretien de la piscine en hiver grâce à l'hivernage
L’hivernage des piscines permet de préserver l’eau durant l'hiver

L’hivernage des piscines permet de préserver l’eau qui s’y trouve et les installations pendant l’hiver. Suivant la région et la température la plus basse qu’on pourrait enregistrer, vous avez le choix entre deux techniques qui exigent, chacune, des démarches particulières pour un bon entretien de la piscine. Ainsi, cet article répondra à deux grandes questions : quand faire l’hivernage ? Et comment choisir la technique la mieux adaptée pour l’entretien de sa piscine ?

Préservation de l’eau et des équipements

À l’approche de l’hiver, quand la saison des bains se termine, les piscines sont momentanément abandonnées. Cela ne devait pas pour autant vous pousser à vider votre piscine et la laisser sans eau durant tout l’hiver.

En effet et sauf en cas de figure exceptionnelle, vider totalement sa piscine n’est pas du tout recommandée ; à plus forte raison s’il s’agit d’une longue durée. La raison en est toute simple : une piscine vide subira de plein fouet la pression de l’espace qui l’entoure. De plus, après une certaine période sans eau, le basin peut se déterrer et vous pouvez également avoir le revêtement abîmé ainsi que les parois de la piscine fissurées.

Pour cela, plutôt que de vider l’eau, on met la piscine en hivernage! Il s’agit d’une technique qui permet non seulement de conserver l’eau de la piscine, mais également de protéger la paroi et le revêtement au cours de l’hiver. Ainsi, votre piscine sera utilisable une fois le printemps arrivée. Cet entretien nécessite des accessoires spécifiques que vous pouvez découvrir sur piscineshop.com.

 Quand hiverner sa piscine ?

L’hivernage d’une piscine est une science exacte qui ne laisse pratiquement aucun imprévu. Ainsi, la température idéale pour commencer l’hivernage est de moins de 12 °C. En dessous de celle-ci et après stabilisation, l’hivernage peut à présent commencer. En effet, ce seuil de 12 °C a été choisi parce qu’à partir de cette température, les algues et les autres micro-organiques ne se développent plus. De plus, afin de s’assurer que l’eau conserve sa qualité, il n’est pas conseillé de mettre sa piscine en hivernage très tôt. Mais cela ne devrait pas vous amener à attendre que l’eau soit gelée, au risque de causer d’énormes dégâts, d’où la nécessité du seuil de 12 °C.

Les différentes techniques

Les deux premières étapes étaient de savoir pourquoi et quand hiverner sa piscine, il est temps de s’occuper de comment la réussir. Pour cela, deux techniques s’offrent à vous : l’hivernage actif et l’hivernage passif.

L’hivernage actif est une technique qui consiste à faire fonctionner la piscine au ralenti. Ainsi, il faudra faire fonctionner la filtration pendant quelques heures par jour et continuer la maintenance du bassin.

En opposition à l’hivernage actif, l’hivernage passif est une technique qui ne nécessite aucune maintenance, puisqu’elle consiste à mettre la piscine à l’arrêt durant tout l’hiver.

Quelle technique d’hivernage choisir ?

Le choix du type de technique d’hivernage à appliquer pour sa piscine est en général influencé par la météo. Dans tous les cas, on évite au maximum que la piscine soit gelée, pour limiter les dégâts. En effet, quand l’eau commence à geler, les tuyaux et les équipements commencent à gonfler et risquent d’éclater les canalisations. C’est à ce fait que les propriétaires de piscine située dans les zones froides devraient opter pour l’hivernage passif afin de mettre complètement au repos la piscine.

Quant à la technique de l’hivernage actif, elle est réservée aux régions où l’hiver est moins menaçant. Vous pouvez également utiliser cette technique si votre piscine dispose d’un système de chauffage qui la protège du gel.

Hivernage passif

Comme vous l’aurez déjà compris, la piscine reste en sommeil lors de l’hivernage passif, et ce durant tout l’hiver. Ainsi, on observera l’arrêt de l’entretien du bassin et de l’eau, de la filtration et du nettoyage. Malgré que cette technique offre une certaine facilité en matière de maintenance, sa mise en place nécessite des démarches bien définies :

  • un nettoyage de fond en comble
  • l’utilisation de quelques produits de traitement de l’eau de piscine
  • un entretien du système de filtration afin d’empêcher que l’eau ne gèle
  • traitement de l’eau avec des produits anticalcaires et anti-algues
  • la mise en place des accessoires d’hivernage pour éviter que l’eau soit gelée
  • l’installation d’une couverture d’hivernage.

Un seul objectif est poursuivi : empêcher l’eau de geler !

Hivernage actif

La technique d’hivernage actif consiste à faire tourner au ralenti la piscine, ce qui implique donc le maintien de la filtration de l’eau. Le faire tourner au ralentir implique une diminution du rythme de filtration, en moyenne 2 h/jour. Contrairement à l’hivernage passif, l’hivernage actif exige moins de protocoles et peut se faire en toute simplicité :

  • au début de l’hiver, verser dans la piscine un produit d’hivernage, et reprendre cet exercice au besoin
  • vérifier régulièrement le potentiel hydrogène (pH) et équilibré l’eau
  • installer un agitateur pour créer un mouvement dans l’eau afin d’éviter qu’elle soit gelée
  • toujours dans le but d’éviter le gel, vous pouvez paramétrer le coffret hors gel pour qu’il démarre automatiquement la pompe en cas de baisse de la température.

L’hivernage actif nécessite un suivi régulier de la piscine afin d’éviter que l’eau soit gelée. Dans ce cas, vous n’avez plus besoin d’une couverture d’hivernage, ce qui vous permet de profiter toujours du visuel de votre piscine en soirée d’hiver.

Assurer l’entretien de sa piscine

Quelle que soit la technique d’hivernage que vous aurez choisi, sachez que l’entretien de la piscine nécessite bien moins de travail qu’en été où elle est très fréquentée. Aussi, même si la maintenance est différente pour les deux techniques, il faut souligner qu’il y aura toujours une maintenance à faire. Et ce quelle que soit la technique d’hivernage que vous aurez choisi.

En effet, l’hivernage actif implique un entretien régulier de la piscine (vérification du pH, vidange des paniers des skimmers, l’installation d’un agitateur, nettoyage du bassin…). Si vous trouvez l’hivernage passif moins contraignant, vous devez tout de même surveiller l’eau et prendre des mesures en conséquence et débarrasser la couverture des débris de neige et de végétaux.

0 Partages